Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour,

Dimanche 8 mars 2015 : Premier week-end du mois, premier vol du mois, pour l'instant tout va bien.

Dimanche 8 mars 2015 : Belle journée, vent un peu soutenu dans l'après-midi, un peu fort pour voler mais idéal pour s'amuser au gonflage et essayer le système de caméra suiveuse.

Quelques copains essayent de décoller, en vain : Un chariot après quelques tentatives fini en magnifique tortue (sans dommage ni pour le pilote ni pour la machine, c'est pourquoi j'en parle), Christophe fait quelques tentatives à son tour, à pied. Une belle musique de valse aurait pu accompagner la vidéo de ses essais infructueux :-)

En effet, le vent un tantounet fripon se joue de nos frêles aéronefs en se permettant de changer de direction et de force.

Bref, j'attends un peu et puis finalement, fin de journée, sur l'argument idiot de "je suis venu pour voler, alors allons-y" combiné au sentiment que le vent a faibli, je me décide et j'y vais.

Mika décolle après quelques temporisations, fait un tour de terrain et se pose.

Chrstophe repart pour une petite valse et abandonne.

Je m'élance et c'est parti ! C'est parti pour 2 minutes tops chronos. Pas une de plus.

A priori je ne décolle pas exactement face au vent et je me fais cueillir par la droite à peine décollé. A cet instant, je décide de rentrer et vire à droite.

Ca turbule (trop) à mon goût et me confirme dans mon choix.

Nouveau virage à droite, parallèle au terrain. Je perd de l'altitude... Je pensais être moteur à fond, mais les témoins au sol m'affirment que non, le régime moteur était en palier. En fait, j'avais le poing serré, pensant accélérer mais en fait la poignée de frein coinçait l'accélérateur.

Autre témoignage important des gens au sol : Ils ont eu le sentiment d'un surpilotage, alors que moi je pensais simplement piloter. Perception et réalité ne sont manifestement pas similaire. A méditer.

Je tente à nouveau un virage à droite pour revenir dans l'axe du terrain, mais, je m'estime trop bas pour survoler la carrière. Je vire à gauche et choisis le champ fraichement labouré pour me poser.

J'arrive à grande vitesse, trop bas pour avoir le temps de trimer la voile. Bref. Je freine comme pour un atterrissage normal mais vitesse plus terre très meuble égale impossible de courir.

Donc je me vache et me pose comme une bouse ! Quitte à jouer le rôle, autant le faire jusqu'au bout :-)

L'avantage c'est que la terre est sèche mais meuble : C'est doux et sans heurt. Il n'y a que l'amour propre qui ne l'est pas resté et qui en a pris un coût ;-)

Christophe me voyant partir aux fraises me rejoint avec sa voiture. Merci Christophe !

D'abord on se sent moins seul au milieu du champs. Ensuite, bénéficier du plateau attelé est plus pratique pour revenir à bon port car finalement c'est lourd un paravroum.

Dimanche 8 mars 2015 : Premier vol du mois, première vache. Tout est bien qui fini bien. :-)

Tag(s) : #Paramoteur