Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour !

 

Arrivés la veille avec une météo pourrie (pour le paramoteur) nous sommes tout de même bien installés sur l'aérodrome de Marennes, je m'explique :

 

Notre tente est à l'abri du vent, la pluie présente par intermitence ne détrempe pas notre environnement, c'est donc viable.

 

Nos paramoteurs sont sagement hébergés dans le hangar de Didier.

 

Didier, sympathique pro de l'Ulm qui répare, construit, héberge tout type d'aéronef et propose des baptêmes de l'air. C'est un régal entre le Tétras, un biplan, une réplique ULM d'un broussard, un bébé Jodel tout jaune, un autogyre etc. C'est un mini salon permanent !

 

Didier nous confie les clés du hangar, si jamais nous souhaitions nous mettre en l'air avant qu'il arrive... C'est une belle marque de confiance, à laquelle nous répondrons par l'ouverture des portes pour l'arrivée du proprio le matin.

 

Patrick, c'est  l'autre sympathique professionnel de l'Ulm, spécialisé dans l'instruction, les baptêmes de l'air à partir de l'aérodrome ou de la mer : oui ! Il fait aussi de l'Ulm Hydro !

 

Il nous apporte quelques éléments de confort qui comptent :

- Prendre son café chaud, au chaud dans son mobil home. Après 24h00 dans le vent, ça compte !

- Avoir accès aux "vrais" toilettes", en camping, ce n'est pas rien.

- Il nous proposera la douche de son mobil home, mais nous n'abuserons pas ("il sentait bon le sable chaud etc.etc." )

 

L'aérodrome de Marenne est à usage restreint. C'est à dire qu'il est réservé aux aéronefs basés ou sous autorisation (soit de la DGAC, soit des exploitants).

 

 

Nous, nous sommes sous la coupe d'Alain, le troisième et tout aussi sympathique pro de l'Ulm de la plateforme. Il est instructeur paramoteur Adventure et bien connu des circuits de compétition.

 

Un club de paramoteur de Reims est là aussi. Eux sont organisés pour être autonomes avec une autorisation de la DGAC (et un directeur des vols).

 

La météo de ce vendredi matin n'est pas très bonne, encore une fois.

 

Les rémois restent au sol, sauf leur "cascadeur", pilote qui aime particulièrement quand ça chahute, décolle à pied et part pour une bonne balade. Son retour à la planète sera laborieux à cause d'un vent fort, rafaleux et de turbulences proches du sol générées par les obstacles (hangars, arbres etc.). Il finira par une splendide tortue, sans dommage pour le bonhomme ni le matériel. Ouf !

 

L'avantage d'être tous scotchés au sol, c'est que l'on discute et l'on sympathise.

 

Patience et longueur de temps.

 

J'ai pris le pari que nous volerions aujourd'hui, mais pas avant 20h00.

Mes observations ont mis en évidence que tôt le matin (avant 8h00) et tard le soir, le vent se calmait.

Sébastien ne prend pas le pari, mais je vois bien qu'il espère !

 

Et ça a volé ! Et oui !

Ca a volé à Marennes le vendredi 10 mai 2013 ! YES !

Il ne fallait pas louper le créneau, je vous le dis !

 

Allez, assez causé, place aux photos, vous les avez bien méritées !

 

 

 

DSC00027

Ma toute première photo, peu de temps après le décollage.

Je suis saisi par cet enchevêtrement d'eau et de verdure.

La terre à l'horizon, c'est l'Ile d'Oléron.

 

 

DSC00030Vent d'ouest, soleil se couchant à l'ouest (enfin normalement), pas mal de mes clichés sont à contre-jour.

Tant pis ! J'immortalise ce premier vol de l'année en mitraillant littéralement !

Sébastien vient de décoller avec son chariot Adventure. Le voici qui passe.

 

DSC00032Voyez vous le terrain Ulm à mes pieds ?

 

DSC00033Bon d'accord. J'y suis allé un peu fort sur les corrections chromatiques et de contraste...

 

 

DSC00038Et voilà Sébastien qui passe !

 

DSC00039Célébrons dignement notre premier vol ensemble !

Enfin, ensemble... Nous n'allons pas le rester bien longtemps :

- Lui part vers Brouage, pensant que je le suivais,

- Moi je pars tout droit, pensant le suivre.

Comment ? Deux bras cassés dites vous ? Au sens litteraire du terme, en quelque sorte, oui.

 

DSC00041copieSébastien le Magnifique !

Devant tant de beauté et de grâce, j'en reste coi

 

DSC00043copieApercevez vous le pont de l'Ile d'Oléron, légèrement à gauche du rayon de soleil descendant ?

Cette photo, et les suivantes, du fait du contre-jour, rendent mieux en noir et blanc.

 

DSC00045copiePetite précision pour les non avertis. Si tout ce qui brille n'est pas or, tout ce qui brille n'est pas non plus piste d'atterrissage ! En fait, ici, si l'on veut (ou si l'on a besoin de se poser) il faut viser les parties non réfléchissantes... Au risque de se faire un bain forcé !

 

DSC00047copie

DSC00048copieTout droit, le canal de Mérignac.

La bifurcation à droite c'est le canal qui relit la Seudre à la Charente.

Petite question. Voyez vous le terrain ?

Pour l'anecdote : Je viens de faire un 180° pour avoir une idée du paysage au retour (comme on fait en plongée). J'ai eu un moment de solitude... Pendant 2 ou 3 minutes, je me suis senti perdu, n'ayant plus le contact visuel avec mon point de départ. Alors, le voyez vous ?

 

DSC00049copieLe soleil s'est caché derrière le nuage. On voit mieux le pont d'Oléron.

 

DSC00051copieVoyez vous Brouages, sur la gauche de la photo ?

On remarque la forme caractéristique des forteresses de Vauban.

 

DSC00053copieEt voilà !

La dernière image de ce tout premier vol de l'année et surtout de ce tout premier vol à Marennes.

 

Je rentre et pose 35 minutes après le décollage, ravi !

 

La suite ?

Apéro avec Alain (l'instructeur), Séb (un autre paramotoriste) un élève d'Alain, Sébastien et moi.

Moment de discussion, d'échange et de rigolade.

 

Et comme il fallait fêter cela dignement, Seb et moi sommes allés au restaurant.

Vu l'heure tardive (22H30), il ne restait que le Mac Do d'ouvert. C'était trop bien !

De retour de notre festin, nous avons refait un petit tour.... d'apéro ! Seuls sur la plateforme, le vent en panne, nous avons savouré ce moment.

 

La suite dans le prochain épisode.

 

Tantôt

Tag(s) : #Paramoteur