Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour,

 

Comme d'habitude, je vous livre mes impressions après quelques temps d'utilisation.

 

Aujourd'hui, nous parlerons du kayak Bic Yakkair HP2.

Bic yakkair HP2

Bic yakkair HP2

Pourquoi ce choix ?

L'appel de la mer était très fort. N'oublions pas que j'ai un passé de voileux avant de devenir un paramotoriste.

Je vous confirme que l'on revient toujours à ses premiers amours !:-)

Revenir à la mer, oui, mais comment concilier cela avec des vacances en famille, le tout pour un budget raisonnable et le plus facilement possible ?

Après réflexion, il ne reste que le kayak.

Pour limiter l'encombrement du kayak, seul un pliable ou un gonflable était envisageable.

Le pliable est cher, reste donc le gonflable.

Après consultation des forums divers et variés sur le sujet, les « vrais » kayak gonflables (aptes à la mer) sont finalement peu nombreux, et tous dans les mêmes prix.

Bic sport a bonne réputation, son produit yakkair HP bénéficie d'une bonne côte dans les forums, ce sera donc lui. Plus précisément, ce sera le HP 2 pour 2 places. Le programme est maritime ET familial ne l'oublions pas.

Quid HP ?

HP pour Haute Pression.

Il y a 4 zones de gonflage :

- Les deux boudins principaux, qui forment la coque. Ils sont gonflés à 3,5 PSI au max.

- La quille gonflée à 6,5 PSI max

- Le plancher gonflé à 6,5 PSI max.

Dans la réalité, la pompe fournie avec un manomètre ne m'a jamais permis d'aller au delà de 6 PSI.

La quille et le plancher donnent toute la rigidité au bateau. Rigidité relative d'un gonflable, il faut l'entendre ainsi, mais par rapport à un gonflage « standard », type matelas pneu ou youyou de plage, cela fait une très grande différence de comportement.

Un sevylor se déforme à chaque passage de vague, c'est visible à l'oeil nu, le HP ne bouge pas.

En partant du sac de transport, comptez un bonne vingtaine de minutes pour le gonflage.

Comportement en mer.

C'est un gonflable, donc je ne ferai pas de comparaison avec un kayak de mer rigide. On ne joue pas dans la même cour !:-)

Pour en avoir croisé un en mer, l'un est fin et racé, l'autre pataud. Je vous laisse deviner qui de qui.

le comportement global est sain, que l'on pagaye en solo ou avec un passager passif (qui ne pagaye pas, lui), j'entends par là que l'on pagaye avec efficacité, tant en déplacement qu'en cap. Le principe de la carène en aile de mouette est bien actif et pas seulement sur le prospectus;-)

Le passage du clapot (< 60cm) se fait bien. Soit la fréquence est suffisamment longue et il monte à la vague, soit dans le cas contraire il passe au travers.

A ce sujet, je vous recommanderai l'acquisition du « cover top » (en gris sur la photo). Je n'ai installé que la partie sur le nez, mais elle est déjà bien efficace dans le clapot en limitant beaucoup les entrées d'eau.

Bic Yakkair HP2 Voile et cover top avant

Bic Yakkair HP2 Voile et cover top avant

Toujours dans le clapot, de travers, il reste stable et sécurisant (surtout lorsque l'on emmène des enfants). Sa largeur de 95cm joue pour beaucoup.

Au sujet du vent, Les boudins présentent une bonne prise au vent. Il y est donc très sensible. C'est un point à prendre en considération.

J'ai deux conseils à vous donner :

- 1 partez face au vent. Quand on est bien dans le lit du vent, il ne se sent pas. Dès que l'on dévie un peu, la correction de trajectoire est une nécessité quasi permanente.

- Prévoyez un leash de cheville... Hé oui ! Sensible au vent, en cas de chavirage, il partira sans vous et très vite ! Dommage...

Pour finir sur le volet vent, je vous conseille l'achat de la voile :

- Elle est d'un beau orange qui vous signale bien des autres bateaux (on est très bas sur l'eau)

- C'est agréable de se faire porter par le vent

- Ca repose les bras pour le retour (comme on est partie vent debout, on peut revenir tranquille vent arrière).

Ne vous attendez pas à faire des performances sous voile ! C'est une aide et un plaisir. Point.

Voile bic pour kayak avec "cover top" avant.

Voile bic pour kayak avec "cover top" avant.

Il n'est pas auto-videur.

C'est la son principal défaut.

Selon la façon de pagayer et le vent, on entre plus ou moins de l'eau dans le canot au fil de la navigation.

Le plancher HP est une bonne chose, mais l'eau s'infiltre dessous et il est impossible de la vider sans se poser sur une plage et de retourner le kayak.

Après une navigation de près de 3h, j'avais l'impression de ramener un cheval mort ! Les derniers coups de pagaye ont été difficile, croyez moi ! L'atterrissage a été rock'n roll car la masse d'eau l'a rendu incontrôlable dans la déferlante. Bilan, nous avons fini en travers... Pour la frime on repassera.

On doit pouvoir installer une pompe à main avec un tuyau qui passe par l'arrière sous le plancher (il y a la place). Ainsi, on doit pouvoir se délester en navigation. Pour le moment je n'ai pas trouvé de pompe correspondant à mes besoins, ce sera pour une prochaine fois.

L'entretien

Il est simple après chaque sortie :

- Rinçage à l'eau claire.

- Ecopage de l'eau douce en trop et finition avec une éponge pour retirer l'eau infiltrée et surtout le sable et tout un tas de petites cochonneries.

- Un coupe de balayette avant chaque gonflage pour que l'intérieur de la coque soit bien propre.

- Je dégonfle systématiquement le plancher et le démonte. c'est indispensable pour accéder au fond du bateau et bien le rincer.

- Je dégonfle totalement la quille (elle est très rapide à regonfler)

- Je dégonfle partiellement les boudins principaux. J'ai constaté que cela favorisait l'écoulement de l'eau de rinçage et permettait une meilleure récupération des grains de sable infiltré.

Pour l'hivernage :

- Le même traitement qu'après chaque sortie, avec un soin particulier

- je le laisse sécher

- Je luis passe un coup d'aspirateur.

D'un point de vue législation

Il est dans la catégorie de conception C.

C'est à dire qu'il est administrativement capable d'aborder un force 6 et des vagues de 2m, avec un éloignement maxi de 2 milles nautiques.

J'ai bien écrit administrativement, car dans la réalité je ne sais pas.

Dans un vent estimé à 4 ou 5 beaufort, il faut bien se battre pour le faire avancer, tant à cause de la prise au vent que contre les vagues.

A deux adultes à bord, nous avons bagarré dans de telles conditions avec parfois des creux estimés à 1 bon mètre. Les sensations sont là, surtout vent arrière sous voile !

Multiplier la taille des creux par deux me fait un peu frémir...

Il est immatriculé et a pour doux nom "Mi aim aou";

C'est du créole, cela veut dire tout simplement "je t'aime".

Pour immatriculer un kayak, il faut qu'il dépasse les 4m de long. C'est une subtilité qu'il est bon de connaitre.

L'intérêt de l'immatriculation (sans obligation de l'inscrire sur le navire, dérogation accordée uniquement aux kayaks de mer) est triple:

- Elle vous permet de naviguer à jusqu'à 2 milles des cotes (et non d'un abri, ce qui fait une grande différence)

- Pour pêcher en mer, il faut être immatriculer pour emporter 2 lignes.

- C'est un titre de propriété officiel, enregistré.

L'immatriculation est gratuite, ce n'est pas un inconvénient.

Pour être en règle avec les exigences de l'immatriculation, il faut que l'armement soit en conséquence. Remarquez qu'il est léger et peu contraignant.

Je ne m'étendrai pas sur le sujet, sauf demande exprès.

En conclusion

Presque 30 heures de navigation sur une mer à l'aspect changeant, dans des conditions différentes, sont passées et je suis très satisfait de mon achat.

Il répond en tout point au programme que je m'étais fixé :

- Se faire plaisir en mer

- Avoir un bateau maniable, navigable, manipulable seul, tout en pouvant partager les navigations avec un adulte ou un enfant.

- Avoir un "vrai" bateau, avec des qualités marines indispensable à la sécurité.

- Se range facilement (attention, les accessoires tels que les sièges, les gilets de sauvetage et l'armement prennent la place d'un grand carton en plus !) et n'est pas trop long à mettre en route.

Je n'ai qu'une hâte, c'est de la ressortir ! On va essayer les eaux intérieures, pour changer et en attendant l'été prochain !

Tantôt ! :-)

Yakkair HP2

voilà d'où nous sommes partis, pour toutes nos aventures maritimes ! Un lieu paradisiaque ! :-)