Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour !

J'ai volé ce mercredi 14 août. Si ! :-)

Deux mois quasi jour pour jour après la fête des Pères, j'ai repris la voie des airs.

En juillet, la météo à mes moments disponibles était trop venteuse, ensuite c'était les vacances puis le mois d'août est arrivé !

Arrivé de très bonne heure sur le terrain, 18h00, trop tôt par une si belle journée d'été, j'en profite pour buller un peu, savourer la campagne, fignoler ma pré-vol moteur et m'entrainer au gonflage.

Je suis tout seul sur le terrain et je le resterai toute la soirée.

Dans le ciel passent des avions de tourisme, des pendulaire et même un planeur.

20h00 le vent au sol est faible, un peu instable en direction, mais les conditions me semblent idéales.

J'avorte le premier décollage; La raison ? Je ne sens pas mes commandes comme à l'accoutumée. On reprend tout depuis le début.

5 minutes plus tard, je suis dans les airs, ou plus précisément dans une espèce de lessiveuse aérienne !

Ca bouge dans tous les sens de façon très désordonnée, haut, bas, gauche, droite, tout cela en même temps ! Yop ! :-0

J'entame un virage à droite (vers les champs, moissonnés donc sans obstacle), d'abord rien ne se passe comme si la commande ne répondait pas, je jette un oeil, tout est clair et puis d'un coup ça tourne vite. Une ressource brutale suivie d'une baisse me fait sauter de ma sellette ! Drôle de sensation, j'avoue.

Maintenant dos au vent, ça file sous mes chaussures, grave (comme disent les d'jeun's) ; ça continue à secouer.

L'extension de la carrière passé, re-virage à droite. A ce moment ça secoue fort. Ma voile me passe deux fois devant et pour la seconde fois les éléments me font quitter ma sellette; Je pense un instant tout couper et poser droit devant, puis je tente encore un virage à droite pour me mettre dans l'axe du terrain.

Le vent est coquin ce soir ! Un coup je suis scotché sur place, un coup le vent cesse. Bilan, l'approche se fera au moteur jusqu'au dernier moment, pour être sûr de poser au bon endroit.

L'atterrissage n'est pas académique, mais posé sans dommage;

Pendant le demi-tour à pied, la voile en profite pour le faire une belle frontale.

Bilan, des suspentes s'enroulent autour de l'hélice. Je passe 10 bonnes minutes à tout remettre en place.

Moins de 10 minutes. Voilà se qu'aura duré ce vol chahuté.

Et je suis content, ravi !

Ravi parce que j'ai décoller les baskets de la terre !

Ravi parce que j'ai su gérer une situation chahutante à laquelle je ne m'attendais pas du tout au vu des conditions au sol.

Ravi parce que j'ai bien négocier mon atterrissage.

Un vol très court mais très intense en quelque sorte ! :-)

Voilà pour mes aventures aujourd'hui. La suite la semaine prochaine, si la météo le permet !

Tantôt ! :-)

PS: Après cette lecture, vous aurez compris que je n'ai pas eu le temps de prendre des photos. Je n'ai d'ailleurs pas rempli mon programme de travail qui était de faire 3 à 4 décollages-atterrissages de suite, "Chat échaudé craint l'eau froide" :-)