Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour,

 

« Quoi ? Comment ? Une pin Up ? Où dont ? Comment se fesse fait-ce », exclamez vous, intéressé, interloqué, choqué, voire outré !

 

Et oui ! Vous avez bien lu, bien vu. J’ai osé mettre une Pin Up sur mon blog…

 

Je n’avais déjà pas beaucoup de lecteur, je crois que je viens d’en perdre quelques uns…Bon cela écrit, j’assume pleinement les conséquences de ma liberté d’expression.

 

Pourquoi donc une telle dérive, une telle déviance ! Est-il devenu fou ? Ou sont passés le paramoteur et la plongée ?

 

Respirez en grand, calmez vos esprits et, si vous êtes encore en capacité de lire les lignes qui suivent, peut être comprendrez vous ma démarche.

 

Le scandale maintenant passé, revenons à une certaine raison.

 

Votre humble serviteur n’a jamais caché un certain penchant épicurien (45° environ, correspondant à une limite physiquement tenable et à un titrage alcoolique du rhum) même s’il ne le laisse parfois pas tant transpirer (sauf un peu sous les bras, en cas d’émotion forte).

 

« Et alors ? Epicurisme n’est pas synonyme de débauche, tout de même ! », se renfrognent les plus bigots d’entre vous.

 

Je suis d’accord. Mais allons au-delà de nos pulsions plus ou moins avouées, avouables ou refoulées explorons un coin de culture: le Nose Art.

 

« Nose art » littéralement « art sur le nez » (sous entendu des avions) est apparu lors de la première guerre mondiale. Le Baron Rouge est l’exemple le plus notoire.

 

Cet art a pris son essor lors de la seconde guerre mondiale, notamment dans les forces américaines, les autres (françaises et anglaises) s’y sont adonnées aussi mais dans une moindre mesure.

 

Les motifs étaient très divers. La bande dessinée, les dessins animés ont fournis de la matière (Mickey Mouse, Donald Duck, Popey, pour les plus célèbres).

 

 

 

Le nose art correspondait parfois à un surnom pour l’avion adopté par l’équipage (ex. Enola Gay). Les épouses, petites amies restées hors des conflits ont eu aussi leur heure de gloire.

 

Celui qui a largement œuvré à la présence féminine sur les nez des avions s’appelle Yank : The Army Weekly.


« Yank, the Army Weekly était un magazine hebdomadaire publié par les Forces armées des États-Unis durant la Seconde Guerre mondiale. Créé et édité par le Major Hartzell Spence (1908-2001), le magazine était écrit uniquement par des militaires du rang et destiné aux soldats, marins et aviateurs servant en dehors des États-Unis. Yank fut le magazine le plus lu de l'histoire de l'armée américaine, atteignant une diffusion mondiale de plus de 2,6 millions d'exemplaires. Chaque numéro était édité à New York puis envoyé à 21 équipes qui ajoutaient les articles locaux. Le dernier numéro fut publié en décembre 1945 » [source wikipedia].


Un des plus populaires effets bénéfiques sur le moral des troupes était la pin-up, généralement habillée en maillot de bain et adoptant des positions aguichantes. Beaucoup de pin-up invitées furent des stars de cinéma ou de théâtre à l'instar de Marilyn Monroe. [source wikipedia]

 

Les calendriers produits par des artistes comme George Petty, Gil Elvgren ou Alberto Vargas ont également été copiés (Ex. Memphis Belle).

 

 

La paix revenue, les Pin Up continuent leur chemin. Notamment Berthet et Yann leur ont consacré une série de bandes-dessinées « Pin Up », dont évidemment je vous recommande la lecture !

 

En paramoteur, il est difficile de dessiner une Pin Up sur le nez de l’appareil.

 

Mon appendice nasal bien qu’un peu proéminant ne l’est cependant pas assez pour accueillir l’une de ces beautés langoureuses. Il me reste le casque, si je veux m’adonner à ce fameux Nose Art. Pour le moment ce n’est pas fait. Je le ferai peut être, à voir ! (suspens…)

 

Voilà, vous savez tout maintenant sur l’existence de cette Pin Up dans mon blog !

 

Tantôt !

Tag(s) : #Paramoteur