Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bonjour !

 

Dans la suite des check lists, voici le paramoteur et la remorque.

 

Check List paramoteur :

Je pars du principe qu'il vaut mieux prévenir que guérir.

 

A partir de là, bien avant le départ, je regarde avec soin et dans les détails mon paramoteur.

 

J'évite les pensées oniriques comme "qu'il est beau ! C'est le plus beau, le plus merveilleux". Ca fait plaisir (c'est vrai aussi, si ! C'est mon paramoteur !),  mais surtout ça fait passer à côté des choses qui vont facher plus tard en cas de casse.

Donc on l'ausculte, on le pèse, on le nettoye, on le regarde et on recommence plus tard.

Curieusement, tout n'apparait pas d'un coup... Il faut y revenir.

 

Ainsi, j'ai vu qu'un silent bloc du pot d'échappement était complètement mort et que son copain suivait la même voie. Ce n'est pas un gros incident en soi, mais, loin de la maison, ça fait perdre du temps et surtout, comme par hasard, soit ça arrive au moment de décoller pour l'unique créneau que l'on loupe, soit on a pas la pièce, soit on a pas le bon outil, soit c'est tout cela en même temps (rappelez vous cette fameuse loi de Murphy...).

 

J'ai également nettoyé la bougie. Ca ne fait pas de mal et surtout, ça fait "vrai" mécano auprès de ceux qui y connaissent encore moins que vous. Bref, on se la pête, mais utilement.

Ca permet de voir aussi qu'elle n'est pas abimée, pas trop grasse, ni trop sêche, bref, que l'on est Top Chimiste du deux temps.

Cette petite vérification assure aussi un démarrage au premier coup de tirette... Les autres n'y arrivent  pas forcément, notamment en démarrage électrique... Personne ne dit rien sur le terrain, mais tout le monde l'aura remarqué. Et toc !

 

On ressere quelques boulons par ci par là, on nettoye on vérifie l'état général de la sellette.

 

Je suis tout de même parti avec une membrane de carburateur. Je ne l'ai pas démonté lors de la préparation car je sais que c'est fragile et j'ai un principe mécanique dans ces cas là : "Tant que ça marche tu n'y touches pas".

 

Evidemment, dans un lapse de temps raisonnable avant le départ (entendre, dans un délai qui permet de remédier à tout problème avant le départ) on le teste sur son dos (sangles réglées comme pour de vrai) : Démarrage au sol, démarrage sur le dos et pour le plaisir (le sien, pas forcément celui des voisins) on le fait ronronner une ou deux minutes.

 

A ce sujet, une astuce pour faire un pied de nez au voisin grognon qui vous épie (hé oui ! Comme vous, j'en ai un aussi) : Vous faites vrombir votre tapanar 3 minutes avant la fin de l'heure légale des travaux bruyant. Vous verrez ! Ca marche ! Yark ! Yark ! Yark !

 

Si tout est OK, vous avez bien travaillé.

 

Check List  remorque :

Pour la remorque, la prévention prime encore plus sur la réparation.

 

En effet, ce n'est pas le jour tant attendu du départ qu'il faut s'apercevoir que la remorque n'est pas en état. Si non dites adieu à vos projets de voyage.

 

Tout d'abord, la sécurité :

- Pression des pneus (se conférer aux normes constructeur, au risque de les déformer). S'assurer que les pneus sont à la bonne pression une bonne semaine avant le départ et s'assurer qu'ils le sont toujours un jour ou deux avant. Ainsi, on peut détecter une éventueille fuite à bas bruit. La roue de secours joue aussi, évidemment...

En plus de la pression, on vérifiera aussi le boulonnage des roues... Ca peut servir.

 

- Les éclairages, notamment la plaque de police (c'est important, soit pour être sur de bien recevoir les amendes, soit justement pour les éviter pour défaut de conformité) : vérifier leur bon fonctionnement (frein, clignotants, warning, feu de position).

C'est sympa quand s'allume bien. Ca facilite la communication avec les automobilistes derrière, sans avoir à s'arrêter pour discuter autour d'un constat.... Que du bonheur donc quand ça marche et que l'on s'en sert (surtout les clignotants, pas, encore, automatiques).

 

- La tête d'attelage et la chaine de sécurité : Le bon fonctionnement assure une certaine sérénité en conduite. Ne pas avoir peur de perdre son équipage à chaque instant est un confort d'importance surtout lorsque l'on fait de grandes distances.

Alors on graisse bien la tête et la boule sur la voiture, et on oublie pas de vérifier aussi que la chaine de sécurité est bien attachée à la remorque...

 

- Les roulements : Le meilleur moyen de les vérifier et de faire rouler la remorque. Si elle se déplace sans effort et sans bruit, c'est normalement OK.

 

Les fixations :

Arrive le moment délicat d'assembler le ou les paramoteurs et l'attelage.

 

Je n'ai pas de solution à vous proposer. Cela dépend de beaucoup de paramètres qui vont de la taille de la remorque, du paramoteur, de votre ingéniosité et vos dons de bricoleurs plus ou moins éclairé, etc...

 

Un seul truc : prendre le temps de la réflexion et pourquoi pas s'inspirer des arrimages de marin : simples et efficaces. Le nombre de sangle n'assure pas nécessairement la sécurité.Assurez les attaches avec des demi-clés et évitez les bouts de sangle qui se promènent au vent.

 

Portez une attention particulière à l'état de vos sangles : Les effilochages sont à proscrire. Ils sont le signe d'usure et donc de moindre résistance.

 

Une fois que vous avez mis au point vos fixations, faites donc le tour du paté de maison. Rien de tel qu'un petit test en grandeur nature.

On voit le temps qu'il faut pour tout installer, désinstaller... On voit mieux aussi les faiblesses du dispositif. Elles ne sont pas forcément là ou l'on s'y attend...

 

Avec tout cela, le jour J sera sans surprise, le bonheur total !

 

Voilà, j'en ai fini avec ces check list longues comme le bras, d'autant qu'il n'y avait même pas d'image dans ce post ! Une honte !

 

N'hésitez pas à apporter vos commentaires, retours d'expérience.

 

Merci pour votre attention, je vous donne rendez vous prochainement pour un petit compte rendu (avec des images !) de notre expédition Marennaise !

 

Tantôt !

 

Tag(s) : #Paramoteur